Le Prix de poésie  > Années passées  > 2000 : Claude Koenig 

Extraits de "Les Mots Jetés"


Dans les gares
Ah, les gares, les bruits, les accents et les voix,
la lumière jouant sur la courbe des voies
et le train repartant, lent comme un escargot,
vers la nuit indigo.

La séparation
Quand la Seine quitte Paris
à chaque fois je suis surpris
qu'elle puisse aussi lâchement
abandonner son bel amant,
quand elle part sans un adieu
à deux millions de paires d'yeux
je déteste ce fleuve ingrat
qui se jette vers d'autres bras.
Pour la retenir l'île de la Grande Jatte
voluptueuse s'étire comme une chatte.

Le magnolia
Les fleurs humaines ont cette fragilité,
les plus belles souvent n'atteignent pas l'été
abandonnant trop tôt d'éphémères appas:
leurs pétales déchus écrasés sous nos pas.

 

Secrétariat du Prix : Madame Monique LABAUNE - 17, route de Montcoy - 71670 - Le Breuil