Le Prix de poésie  > Années passées  > 2016 Chantal Demeter 

L'éternité


Qui donc a vu l'éternité ?
Ni toi ni moi, ni lui ni elle.
N'est-ce qu'un mot sur le papier,
Un univers en sentinelle
Niant hier, aujourd'hui, demain ?
Une nuit qui revient sans trêve,
Un ailleurs aux mille matins,
La porte ouverte de nos rêves ?

Qui donc a vu l'éternité ?
Est-ce un brouillard que rien ne brise
Où s'est perdu l'éclat du blé ?
Une brume couleur banquise,
Un couloir d'albâtre et de lait ?
Un monde né de la pénombre
Et du deuil, où l'âme renaît
Et rejoint des âmes sans nombre ?

Qui donc a vu l'éternité ?
Je ne comprends pas les mystères,
Révère l'appel de l'été,
Me chauffe à la moindre lumière.
J'aime tant le souffle du vent,
Qu'il soit fait de brise ou de force.
J'aime le sel de l'océan
Et la vague folle et distorse,

Et les chansons qu'on n'écrit pas,
Qui logent dans le creux des branches.
Le bruit si léger de tes pas
Et tes baisers en avalanche.
j'aime le rythme des saisons,
L'arc-en-ciel comme le nuage,
Les champs de fleurs, soleils de plomb,
La neige dressée en barrage.

Le bleu des pins, le vert des prés,
Le dos rond de la coccinelle
Et l'amour à peine avoué,
Le frémissement des chandelles,
Le moindre repas partagé
Et le jus volé à la treille.
Le regard des jeunes mariés,
Les cris d'enfants qui s'émerveillent…

Et tant pis si vivre nous casse.
J'aimerai demain comme hier,
Jour qui passe, jour qui efface,
Le printemps nous mène à l'hiver.
Quand viendra le temps de conclure,
Cheveux blancs corps parcheminé,
J'aimerai toujours l'aventure,
Qu'on me parle d'éternité.

 

Secrétariat du Prix : Madame Monique LABAUNE - 17, route de Montcoy - 71670 - Le Breuil